Collez la paix aux Français, ils n’en font pas trop de leur sacre au mondial !

Passez la balle !

L’équipe de France de football est championne du monde. Toute la France est en liesse. Grâce à ses puissants médias, le pays sacré en Russie ce 15 juillet 2018 fait retentir ses cris de joie hors de ses frontières. C’en serait de trop selon certains, qui en veulent aux Français pour leur trop grand orgueil. 

Ce billet a initialement été publié sur oeilvincent.mondoblog.org

Oui, les médias français n’ont cessé de nous rabattre les oreilles avec l’actualité des Bleus durant tout le Mondial. Oui, les journaux et les émissions de leurs télés et radios que nous suivons sous les tropiques ont toujours jugé utile de nous informer de la moindre anecdote liée aux joueurs de l’équipe de France. C’est aussi vrai que des journalistes français ont annoncé le sacre des Bleus avant l’heure. On en a été saoulé !  

Mais alors ! Serait-ce une raison pour crier haro sur l’équipe aux 15 joueurs d’origines africaines ? Serait-ce une raison pour souhaiter la défaite d’une équipe qui ne fait que jouer au football au même titre que les autres 63 nations présentes au mondial ?

On n’aime jamais assez sa patrie

Ces derniers jours les réseaux sociaux ont été inondés de ces messages dignes de malédictions à l’égard de l’équipe de France. Supporter une équipe est un choix individuel. De la même manière, il arrive qu’on déteste une équipe pour des raisons subjectives et assumées. Oui, oui, moi je ne supporterais jamais l’Uruguay à cause de la triste et célèbre main noire de Luiz Suarez qui a empêché le but ghanéen qui devait envoyer une équipe africaine en demi-finale du Mondial… en Afrique du Sud en 2010. Et l’édition 2018 m’a fourni une autre raison de ne pas supporter l’Argentine, pour le doigt d’honneur de Diego Maradona aux Nigérians…

Mais je ne trouverais pas agaçant que des citoyens de ces pays célèbrent à la folie les performances de leurs équipes nationales. Ceux qui espéraient qu’une équipe rabatte enfin le caquet aux Français auront été déçus. Leur torture psychologique, ils l’auront cherchée. Supportez ou détestez l’équipe de France comme bon vous semble, mais ne reprochez pas aux supporters de soutenir leur équipe ! Quand il s’agit d’aimer son pays, on n’est jamais assez patriote.

Chaque nation saisit toutes les occasions pour bien se positionner dans le concert mondial

La France, pour mille raisons, a certainement une image à soigner dans ses (anciennes) colonies d’Afrique. Est-ce pour cela qu’on devrait lui en vouloir sur tous les plans, y compris en sport ? La relation des Français avec leur pays relève de leur degré de patriotisme. Il est assez fréquent que les événements les plus douloureux comme les plus heureux fassent l’objet de surmédiatisation, au point d’agacer des Africains.

Mais que la France vende le rêve français à travers une hypermédiatisation de “l’affaire Gassama” ne devrait pas étonner, par exemple. Qu’elle célèbre avec faste sur plusieurs jours son titre de champion du monde, ne devrait pas non plus surprendre. Chaque nation saisit toutes les occasions pour bien se positionner dans le concert mondial. Et la France tient ici une énième occasion. Ne lui déniez pas le droit d’en user. Si vous pensez qu’elle devrait avoir le triomphe modeste, vous n’avez qu’à couper votre télé ou faire comme ceux qui vont simplement éviter les médias français pour un temps…

Dans l’espoir que ce soit prochainement votre tour de célébrer un titre de champion du monde, sachez que je me sentirai à l’aise pour dire à vos détracteurs de vous coller la paix. D’ici là, collez la paix aux Français ! Ils n’en font pas trop de leur sacre.

The following two tabs change content below.
Vincent AGUE
Je suis Vincent Agué, j’ai 23 ans. Africain, né au Bénin. Je suis journaliste de formation. Ma passion pour la radio m’a amené à étudier le journalisme après mon baccalauréat littéraire. J’ai eu ma licence en journalisme à l’Ecole nationale d’administration et de magistrature du Bénin en 2012.

Ajouter un Commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *