Quand le foot nourrit le langage quotidien

Passez la balle !

Le foot, le langage, c’est une histoire d’amour : depuis toujours des actions de jeu nourrissent le langage quotidien, autant que des expressions sont construites à partir du jeu. Eh bien, découvrons-en quelques unes.

Ce billet a initialement été publié sur revedehaut.mondoblog.org

Botter en touche : Petite précision, il ne s’agit pas de cette autre expression « mettre en touche » qui consiste justement à mettre le ballon en touche pour permettre aux soigneurs d’entrer sur le terrain et s’occuper d’un blessé. Botter en touche est différent. Imaginons un match de foot et une action chaude dans le camp d’une des équipes. Pour permettre à leur équipe de souffler un peu, les défenseurs, sans se poser de questions, « bottent simplement en touche »,  d’où l’expression Botter en touche. Elle vient donc de ce geste salvateur au foot. Au sens figuré, elle signifie éviter des réponses embarrassantes. En politique, botter en touche, c’est par exemple annoncer en situation de crise que des enquêtes sont en cours, pour éviter de devoir répondre à d’autres questions beaucoup plus embarrassantes.

Être mis sur la touche : C’est évident qu’un joueur qui, pendant la rencontre de foot, est au delà des limites du terrain ou sur la touche ne participe pas au jeu. D’où l’expression Être mis sur la touche. Comme au foot, elle signifie être écarté du groupe, ne pas faire partie de l’équipe. Et toute la frustration d’un Footballeur qui est mis sur la touche vient de ce qu’il est empêché de prendre part au jeu, parce que le foot, c’est avant tout prendre du plaisir en montrant ses capacités.

Un coup K.O : Rappelons-nous cette expression prisée par les politiques africains et mis en avant par ceux-ci ces dernières années pour signifier qu’ils remporteront les élections au premier tour. Cette expression, bien que venant de la boxe, est aussi inspirée du foot. En phase d’élimination direct, notamment à partir des huitièmes de final, on parle de matchs 1 coup KO. Cela désigne des matchs sans manche retour ou à élimination directe. Une élection un coup K.O est donc une élection sans un second tour, comme au Gabon ou en RDC où l’élection présidentielle se passe sur un seul tour.

Une-deux ou one-two en anglais : Phase de jeu lors de laquelle deux joueurs d’une même équipe se passent successivement le ballon par des passes courtes et rapides, en somme ils jouent en tandem.

En Côte d’ivoire, on dira de façon figuré que les alliés politiques Alassane  Ouattara et Konan Bédié sont en une-deux ! On a en effet l’impression qu’ils gouvernent ensemble, le premier consultant régulièrement le second. Mais ces derniers temps, certaines mésententes font que chacun semble jouer perso ou pour son seul camp, à l’image d’un attaquant individualiste.

 Aller droit au but : dans le langage courant, cela veut dire  Ne pas tergiverser. Dans le langage footballistique, il s’agit de ne pas se perdre dans d’interminables dribbles ou d’innombrables passes, au point même quelques fois de retourner dans son camp avec le ballon, alors que le match se gagne lorsque le ballon est propulsé dans le but adverse.

Entrer dans les 6 mètres d’un individu : c’est pareil que se trouver dans les 5 mètres 50 de l’équipe adverse avec le risque de lui marquer un but. Imaginons la tension à ce moment précis du jeu.  Eh bien, entrer dans les 6 mètres d’un individu, c’est du français typiquement ivoirien ou Nouchi qui signifie importuner un individu, plus clairement le mettre en colère au point de s’exposer aux foudres de ce dernier si bien qu’il usera de tous les moyens pour se défendre. Donc un conseil d’ami : évitez d’entrer dans les 6 mètres des gens, sinon vous risquez d’être… botté … Emoji comme un ballon de foot,  pour ne pas dire frappé ou battu.

Têter : et nom téter qui selon Le Grand Robert de la langue française signifie : sucer (le mamelon, et le sein) de manière  à boire le lait, à aussi… lorsqu’on fait… bon on passe car le dico n’en fait pas cas…Emoji

Têter est donc simplement de l’argot ivoirien ou Nouchi. Le mot vient de cette action de jeu qui consiste justement à jouer le ballon de la tête. On dira par exemple : Samuel Umtiti a têté le ballon dans les filets du gardien  belge. Entendons : il marqué de la tête.

Têter a même subit un glissement sémantique. Ainsi têter, dans le « langage courant » nouchi, veut aussi dire donner un coup de tête, un coup de boule. Par exemple Zidane a têté Materazzi à la finale du mondial de foot en 2006. Et même plus têter veut aussi dire se concerteravoir un tête-à-tête.  Par exemple : Avant le mondial, officiel de la Fifa et les équipes qualifiées pour le mondial se sont têtés  à propos de la VAR. Entendez par là : ils ont eu une concertation à propos de la VAR. Attention dans un contexte plus bouillant, on pourrait penser qu’ils sont donné des coups de tête, ou se sont battu, à propos de la VAR. Heureusement que ce n’a pas été  le cas, notamment durant la compétition, car le foot est avant tout un jeu.

Conclusion : Le foot est vraiment mondial, il se pratique non seulement à travers le monde entier, par les hommes et les femmes, mais  il nourrit en outre les langues officielles comme les argots de ses phases et expression inspirées des actions de jeux.  Ya vraiment pas l’homme pour  le foot. Entendez par là, le foot n’as pas d’égal. Ps : C’est du Nouchi.

The following two tabs change content below.
revedehaut
Je suis ivoirien. Je fais des études en lettres. La précision est de taille parce que faire des études est différent d’être étudiant, le système étant passé par là. A part ça, je suis un cherchère. Je me cherche. C’est une grande joie pour moi de me retrouver sur mondoblog. Cette aventure, je la veux vivante, responsable et plaisante. Je le souhaite également pour ceux qui liront mes articles. Bien de choses à vous !
revedehaut

Derniers articles parrevedehaut (voir tous)

Ajouter un Commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *