A Kinshasa, des enfants font 2 kilomètres à pied pour suivre le Mondial

enfants-kinshasa-coupe-monde-mondial

Passez la balle !

Bienvenue à Bel air, un quartier rural de la commune de la Nsele, à l’est de Kinshasa, capitale de la République démocratique du Congo. Nsele a du mal à être approvisionnée en électricité. Passionnés de foot, plusieurs enfants de ce quartier font au moins 2 kilomètres à pied chaque jour pour aller suivre les matchs de la coupe du monde.

Ce billet a été initialement publié sur voixdesoublies.mondoblog.org.

Des dizaines d’enfants de 6 à 17 ans se rendent quotidiennement à Mbila, le petit quartier commercial de la contrée. En babouches ou pieds nus, ces filles et garçons quittent généralement le toit parental trente minutes avant la retransmission du premier match de la journée pour arriver à temps pour le coup d’envoi. A jeun, ces mineurs amoureux du ballon rond dévalent des milliers de mètres dans un terrain sablonneux, sans se soucier des calories qu’ils brûlent.

Pour la plupart, leurs familles ont des télés, mais pas suffisamment de ressources pour se procurer un panneau solaire ou un groupe électrogène permettant de satisfaire les passions de leurs enfants. Ils laissent ainsi ces derniers fréquenter même les bars, les terrasses et autres milieux publics pour assouvir leur curiosité.

enfants-kinshasa-coupe-monde-mondial-2

Junior, Fiston et Armel, programme des matchs en main, se préparent pour aller suivre le match à Mbila – Crédit photo : JHS

Voir les stars du foot à tout prix

Une fois sur place à Mbila, la ribambelle prend d’assaut bistrots, boutiques, pharmacies… où sont exposés des écrans diffusant le Mondial. Grille des matchs en main, ces enfants scrutent le programme   du jour avant de s’asseoir à même le sol, tâchant de faire le moins de bruit possible pour ne pas être chassés. Rarement, ils ont la chance d’occuper une chaise en plastique réservée à un adulte, client du lieu, qui négocie sa place moyennant une bouteille de bière.

enfants-kinshasa-coupe-monde-mondial-3

Sur l’avenue Ceta, des enfants regardent le match France-Australie – Crédit photo : JHS

« J’aime souvent voir les matchs des équipes où jouent mes stars préférées. Moi particulièrement, j’aime Messi, et donc je ne voudrais pour rien au monde rater une rencontre d’e l’Argentine», nous souffle Junior L., un gamin de 8 ans. « Moi j’aime plutôt Christiano Ronaldo du Real de Madrid, et donc je ne peux rater pas les matchs du Portugal», réplique Armel K., 10 ans.

Dans ce petit centre commercial, les propriétaires des échoppes, débits de boissons et autres espaces publics ont pris des précautions pour emprunter du courant du camp militaire Ceta avant la coupe du monde, afin de faire plus de recettes. Ils se sont ainsi fiés à ce camp dont la stabilité n’a jamais bougé d’un iota, alors qu’à Mbila, aucun projet d’électrification n’est à l’ordre du jour.

The following two tabs change content below.
voixdesoublies
Jean-hilaire Shotsha est un journaliste-blogueur de la République démocratique du Congo. Etudiant de deuxième licence en journalisme et politique extérieure à l'Institut Facultaire des Sciences de l'Information et de la Communication. Reporter du groupe EQUINOX MEDIA (politico.cd, direct.cd, sport.cd, economico.cd), blogueur de la communauté Habarirdc et Mondoblog
voixdesoublies

Derniers articles parvoixdesoublies (voir tous)

Ajouter un Commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *