Sénégal et Japon : Le match de la propreté

Passez la balle !

Des images de supporters japonais et sénégalais nettoyant les gradins des stades russes à l’issue des rencontres de leurs équipes nationales ont fait le tour de la toile. Coup de bluff ou coup d’éclat ?

Janvier 2018, Le Thieulinpetite commune du Centre de la France. Tonton Sam, qui est d’origine camerounaise, vide ses ordures. Il y a un bac pour les verres et les bouteilles, et un autre pour les papiers et les magazines. Il m’explique qu’en France, le recyclage des ordures est une filière pourvoyeuse d’emploisElle fait partie de l’économie circulaire.

Tonton Sam

Or en Afrique, et particulièrement au Cameroun, les ordures ménagères nous rapprochent plus de l’économie de la maladie. Pendant des mois, les ordures sont entassées dans les quartiers de Yaoundé et de Douala. La société Hysacam (Hygiène et Salubrité du Camerouna du mal à ramasser les ordures comme jadis. L’environnement est pollué par les mouches, les rats, et toutes sortes de parasites qui s’attaquent aux domiciles et aux individus.

Ordures du quartier Jouvence à Yaoundé.

Du coup, l’image des supporters sénégalais nettoyant les gradins du stade lors du match Pologne-Sénégal du mondial 2018 a vite fait le tour de la toileChristine DjafaSalma Amadore et Ecclesisate Djegui, trois camerounais qui ont foulé le sol de Dakar, m’ont unanimement dit que «  les sénégalais sont des êtres civiques. Il est dans leur nature de nettoyer quand ils salissent ». Et pourtant, beaucoup ont jugé que le geste sénégalais était intéressé. « Ils l’ont fait parce qu’ils ont gagné le match », annonce un internaute qui estime qu’on fait trop de publicité trop de publicité gratuite au pays de la Téranga. D’autres internautes affirment que les sénégalais ont simplement imité le geste des japonais, qui eux-mêmes ont nettoyé les gradins après leur victoire sur la Colombie.

Que non ! rétorquent en chœur Malik et Diallo. L’un tient une échoppe (comme dans la plupart des quartiers du Cameroun, les boutiques sont tenues par des sénégalais), l’autre est un couturier. Ils me rappellent à juste titre que lors de l’AfroBasket féminin 2015, à Yaoundéles sénégalais avaient été exemplaires au Palais des Sports de Warda. Ils ont nettoyé les gradins, pendant que, beaucoup de camerounais, énervés par cette défaite en finale, effectuaient quelques actes de vandalisme. Ce qui se passe en Russie est donc loin d’être inédit.

Le 12ème Gaïnde qui donne le ton à Moscou, nous passe un message universel :

  • Le sénégalais se sent partout chez lui ;
  • Le sénégalais ne balaie pas que devant sa cour ;
  • Le sénégalais a l’esprit de fair-play ;
  • Le sénégalais a l’esprit de famille (partage, repas en groupe, etc.)

Ce dimanche 24 Juin 2018, ce n’est pas tant le score du match contre le Japon qui compte. Ce qui est important, ce sont les 25 heures de train que les supporters des Lions de la Téranga ont fait pour aller soutenir le Sénégal face au Japon. Ce qui est important, c’est qu’après leur quart de finale mémorable en 2002, les sénégalais nous envoient aussi un message de solidarité. Oui, il faut du respect quand on entre dans un stade. Le même respect que l’on doit avoir en foulant un temple bouddhiste ou shintoïste quand on est musulman ou chrétien. Cela s’appelle tout simplement le respect. Alors, que ce soient les japonais ou les sénégalais qui nettoient le plus, le plus important est donc…la propreté. Et la propreté n’a jamais demandé d’être la propriété d’une seule nation.

The following two tabs change content below.
dania
DANIA EBONGUE, Journaliste Camerounais, spécialiste de Communication et Action Publique Internationales.

Ajouter un Commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *