Les larmes du 26 juin en Afrique : le football plaide coupable

Passez la balle !

Au terme d’une rencontre à rebondissements, l’Argentine de Lionel Messi est venue à bout du Nigeria et s’est qualifiée pour les huitièmes de finales de la coupe du monde 2018. Cela s’est passé un 26 juin, une date qui rappelle plus d’un triste souvenir aux camerounais.

Ce billet a été initialement publié sur dania.mondoblog.org.

Je ne sais pas quoi écrire ce soir. Pourtant il faut que je dise quelque chose sur cette défaite nigériane, sur cette coupe du monde au gout si amer pour l’Afrique.

Il faut que je m’exprime. Il faut que je dise quelque chose. Mais que dire ?

D’abord, j’ai du mal à titrer ce billet. Devais-je dire :

  • Ces argentins-là ne méritaient leur qualification.
  • Triste soirée africaine.
  • Injustice du football face à l’Afrique.
  • L’Afrique devrait organiser sa coupe du monde.

Ma voisine de palier est nigériane. J’ai entendu de multiples cris stridents depuis son domicile. Sa famille était en délire à chaque action forte, à chaque but marqué, surtout au moment du pénalty nigérian.

J’ai finalement eu de la sympathie pour elle. Car, il faut l’avouer, ma voisine n’est pas du tout gentille. Elle a du mal à saluer ses voisins, elle est repliée sur elle-même, confinée dans son appartement, distante et arrogante. Elle était pourtant libérée ce soir, le temps d’un match de football. A Yaoundé et Douala, les nigérians sont chez eux. C’est tout naturel que tout le quartier soutenait les « green eagles », « super eagles », bref, les super aigles verts. A 10 minutes de la fin du match, pendant que nous étions tous convaincus de la performance nigériane, car à 1-1, l’Argentine était éliminée, la forte pluie qui s’est abattue sur Yaoundé a figé les images.

« On dirait dit une défaite des lions indomptables »

Il est de notoriété publique que Canal + Afrique nous sert des images selon ses humeurs. reviennent, le compteur affiche 2-1 en faveur du Nigeria. C’est le silence total. Ma voisine nigériane et ses enfants se taisent définitivement. La nuit vire au drame.

On aurait dit une soirée de défaite des lions indomptables. C’est mal connaitre les camerounais, qui ont pour principal rival le Nigeria quand il s’agit du football africain, mais ce soir, tous les camerounais étaient nigérians. C’est d’ailleurs ce même Nigeria qui a empêché les lions indomptables d’aller en Russie, mais les camerounais n’oublient jamais que leur meilleur voisin, c’est le Nigeria : 1690km de frontière entre les deux pays. Il y a donc eu un déferlement sur les réseaux sociaux à la fin du match.

Les gens crient au scandale, à l’arbitrage qui aurait été clément avec l’Argentine et au doigt d’honneur de la légende Diego Maradona à la fin du match. La défaite est indigeste, le sentiment d’injustice habite à nouveau les camerounais.

« Il est sans doute préférable que l’Afrique organise sa propre coupe du monde. Le football c’est pour les forts, pas pour nous », lance un ami complètement dépité sur Facebook. Il l’est davantage quand il découvre les images relatives du spectacle offert par Diego Maradona au moment du deuxième but argentin.

Les espoirs Africains reposent maintenant sur le Sénégal qui aura en face un autre sud-américain, la Colombie. Cette Colombie qui a deux mauvais souvenirs contre l’Afrique : un huitième de finale perdu en 1990 face au Cameroun, et une demie-finale de la Coupe des Confédérations, perdue le 26 juin 2003 face au… Cameroun.

Le 26 juin, une date gravée dans la mémoire des Camerounais

Ce 26 juin 2003, Marc-Vivien Foé mourait au stade Gerland en France, pendant la demie-finale de coupe des confédérations opposant le Cameroun et la Colombie. 15 ans plus tard, les camerounais espéraient que son spectre allait sourire aux nigérians. Que non ! Ce 26 Juin 2018, le Nigeria a confirmé qu’en coupe du Monde, l’Argentine la domine toujours. Cinq défaites en cinq confrontations : 25 juin 1994, 1er juin 2002, 12 juin 2010, 25 juin 2014 et 26 juin 2018. Les amoureux de la numérologie sont servis. Des dates qui se ressemblent, et ce tirage au sort qui revient tout le temps. Autour du 26 juin, le Nigeria perd contre l’Argentine. Le football a-t-il une autre logique que le sport ?

Argentine-Nigéria, l’éternelle affiche

Cinq fois donc en Coupe du Monde, deux fois aux Jeux Olympiques, une fois à la Coupe des Confédérations, et plusieurs fois en amical. L’histoire retiendra que c’est le 3 août 1996 que l’Afrique a été pour la première fois de son histoire médaillée d’or au tournoi de football des Jeux Olympiques. C’était le Nigeria, et c’était face à l’Argentine. Cette même Argentine a remporté sa deuxième médaille d’or olympique de football en 2008 face au Nigeria.

Je n’ai toujours pas trouvé de titre pour mon billet. J’ai envie de l’intituler « 26 juin 2018 ». Oui, cela me semble correct. Car des 26 juin qui nous font pleurer, il y en aura encore et encore à Yaoundé. Je vais finir par croire que la forte pluie qui s’est abattue sur la ville de Yaoundé ce soir était faite de larmes. Mon billet peut évoquer aussi ces larmes. Les larmes du 26 juin. Les larmes de nos ancêtres. Les larmes de Marc-Vivien Foé. Les larmes des nigérians qui méritaient d’aller plus loin dans la compétition. Les larmes de l’Afrique dont le parcours à cette coupe du monde 2018 ressemble déjà à un cauchemar. A moins que…

The following two tabs change content below.
dania
DANIA EBONGUE, Journaliste Camerounais, spécialiste de Communication et Action Publique Internationales.

Ajouter un Commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *